Du 6 mai 1991 aux évènements de Bamenda et Buea 2016

Le récit publié par « Challenge Hebdo » (et repris par « Le Messager des Campus », le journal de l’ADDEC en 2007) montre que plusieurs étudiants trouvèrent la mort ce 6 mai 1991, tués par balles pour la plupart. Ce qui n’empêcha pas Augustin Kontchou Kouomegni, ministre de l’information à cette époque, de déclarer qu’il y avait eu « zéro mort » à l’Université… Depuis quelques jours, on assiste dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest à une sanglante répression, identique à celle de 1991. En 25 ans, rien n’a changé. La même haine de ceux dont le malheur est de se sentir libres se perpétue. Parmi ceux-ci, les étudiant-e-s et les enseignant-e-s représentent une cible idéale. Lire ici : 6 mai 1991 et Le 6 mai 1991

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *